Voyage inspirant à New York – Découvrez l’expérience retail

Home / Actualités / Voyage inspirant à New York – Découvrez l’expérience retail

Voyage inspirant à New York –  Découvrez l’expérience retail (jours 2 et 3)

Jour 2 – Eatsa et Grand Central Station Food Plaza

Encore un peu vaseux après ma sortie nocturne dans l’un des bars de la 9ème Avenue, je me lève pour le petit déjeuner. J’ai le choix de le prendre à mon hôtel ou dans l’un des nombreux cafés pour petit déjeuner: le lieu de rencontre des New-Yorkais où ils prennent leur petit déjeuner avec de grandes tasses de café, en lisant le journal avec en bruit de fond les actualités télévisées en direct.

La visite d’aujourd’hui commence à Eatsa. Un concept intéressant avec une interaction numérique. Nous sommes tous curieux d’en savoir plus sur ce concept à l’investissement minimal pour un rendement maximal. Le New-Yorkais déteste attendre. Le succès est synonyme de service rapide et communication continue sur le statut de votre commande. À Eatsa la commande se fait via l’un des écrans tactiles. Il est probable que ce concept soit copié par d’autres à New York, surtout à cause des prix bas et des produits sains. Ce que beaucoup de New-Yorkais recherchent: des aliments plus sains à des prix acceptables.

Près d’Eatsa se trouve l’emblématique Grand Central Station Food Hall qui propose aussi de la bonne nourriture. Le hall central de la gare vous mène à l’énorme place de restauration avec son célèbre bar à huîtres Grand Central Oyster Bar. Ce que j’aime personnellement sur cette grande place, c’est qu’elle montre la transition des anciens sites de restauration à ceux d’aujourd’hui. Le Food Hall est la version rétro (Chelsea Market de New York étant la version urbaine moderne). Inchangée depuis les années 80, la place donne une grande impression du «moderne» de cette époque. Mais nous avons aussi trouvé le format à succès de Shake Shack. Sa stratégie numérique parfaitement intégrée (commandez et payez via l’appli) est similaire à celle utilisée par Domino.

Nike – C’est l’expérience!

Nous allons maintenant visiter Nike à Broadway. Nike se déploie sur une aire de jeu de 5 étages. Cela reflète un nouveau concept de marketing: le paysagisme à succès. Cessez de faire de la publicité et commencez à créer des mondes qui relient les clients à votre marque. Et Nike réussit plutôt bien à créer des paysages à succès captivants. Jouez au basket dans un terrain de basket. Jouez au football sur le petit terrain similaire à celui qui est derrière votre maison. Courez sur une piste appropriée. Tout n’est qu’une question d’expérience: monde virtuel ou réel. Aucun coût n’a été épargné dans la création des mondes Nike. Meubles en Corian, avec navigation et informations de produits gravées, parois arrière tapissées, petites étapes fabriquées à partir de panneaux en fibrociment pour un look urbain, des sols de béton entrecoupés de pièces en hêtre massif et un impressionnant éclairage synchronisé avec le rythme de la lumière naturelle. Tout est en harmonie. Il est clair qu’il ne s’agit pas ici de transactions ni de chiffre d’affaires, mais de gagner la faveur du client pour qu’il reste fidèle à la marque. Bon travail! …. Comme ils aiment dire aux États-Unis.

 Back to the ’80s

Adidas – C’est le style de vie!

Le prochain arrêt est le grand concurrent de Nike: Adidas, sur la 5ème Avenue. Une avenue que je peux recommander à tout client sérieux: le japonais Muji ou Uniqlo, l’italien Bottega Veneta ou tout simplement l’américain Stuart Weitzmann. Mais, il y a aussi le high-tech: avec Apple et Microsoft tout près l’un de l’autre. Quoi qu’il en soit, c’est maintenant Adidas contre l’expérience impressionnante de Nike. Les deux magasins ont ouvert peu de temps l’un après l’autre. Si Nike c’est l’expérience, Adidas c’est le style de vie! Le style de vie urbain, de la rue se reflète dans le concept du magasin qui met l’accent sur les jeunes et les adolescents. Le concept du magasin est celui d’un lycée. Faites quelque chose pour personnaliser vos baskets pour regarder des événements sportifs en direct. Le concept est vraiment incroyable, avec un choix de matériel aussi génial qu’audacieux. Il n’y a rien de faux ici! Mais comment font Adidas et Nike pour se démarquer des autres concurrents dans leurs magasins à forte fréquentation? Leurs vitrines! Allez voir par vous-même!

Si Nike c’est l’expérience, Adidas c’est le style de vie!  

Jour 3 – Wegmans et Stew Leonards (si Trump n’avait pas tout gâché)

Aujourd’hui, nous quittons la ville pour aller visiter Wegmans. Nous allons à Hanover au New Jersey, à 45 minutes en voiture une fois sortis du centre-ville congestionné. Le supermarché Wegmans fondé par les frères Wegmans (lire toute l’histoire sur wegmans.com) est un spécialiste des produits frais de qualité. Selon Business Insider, ils ont battu Trader Joe sur les fruits et légumes en 2016 et en 2017. Le point positif de Wegmans, c’est sa politique du personnel. Ils ont une caisse d’assurance maladie collective ainsi qu’un fonds pour les frais d’éducation. Résultat: des employés heureux = des clients heureux.

Et puis, il y a le magasin lui-même. Il est énorme! Dès notre arrivée, nous sommes enchantés par ce que l’entrepreneur théâtral Stew Leonards (que nous espérons visiter plus tard) a créé. Les comptoirs de produits frais sont abrités par des toits de grange de style ancien, à l’image de ce que vous voyez dans le pays. Un vrai goût de l’Amérique. Les toits sont revêtus d’ardoise et les bottes de paille soulignent le fait que c’est une grange. Le clou du spectacle absolu, c’est le coq qui surgit de derrière une fenêtre de la grange pour nous lancer son cocorico, comme si le soleil venait de se lever. Génial, non? Ah, fournir du pain et du jeu aux gens. Les Américains aiment les concepts et le théâtre. Le magasin est ouvert depuis deux mois, mais on dirait qu’il a été construit dans les années 1980, notamment en raison du choix des matériaux (beaucoup de placage de bois, mélamine et PVC) et de l’utilisation des couleurs (jaune ocre et rouge bordeaux des années 80).

Le visiteur observateur ne peut que conclure qu’il y a une puissante équipe du concept derrière tout cela. La navigation est très claire pour un ménage à une seule personne ou à plusieurs. Il y a aussi une belle distinction entre le bon marché et le rabais, et les produits frais et biologiques et haut de gamme sont également présentés de façon distincte. Les allées sont spacieuses et bien sûr il y a le petit train. La touche théâtrale continue dans l’aire de restauration. C’est comme si vous mangiez dans la maison d’un pêcheur ou dans une famille italienne en Toscane, tous utilisant des ustensiles des années 80. Je suppose que c’est ce qui distingue Wegmans du reste: pas de carrelage blanc de style urbain ni de dalles de pierre de pin séchées pour lambris ici. Tout est simplement faux. Mais, avec un excellent assortiment de produits et une abondance d’aliments frais.

  

Traditional, almost outdated colours and materials at Wegmans

Et oui, nous aurions aimé visiter le magasin Stew Leonards à Long Island. Mais cela signifie qu’il fallait repasser par New York. Et ça, c’était impensable, car le Président Trump devait également passer par là pour se rendre à une réunion des Nations Unies. Tout le périmètre entre la 5ème et la 7ème Avenue était interdit à la circulation. Donc impossible d’arriver à Stew Leonards. Une grosse déception pour nous, c’est le moins qu’on puisse dire, car Stew Leonards est considéré comme pionnier dans le domaine de la vente au détail de produits alimentaires, et il a, une fois de plus, mis en place un beau concept à Long Island.

Notre tournée connut ainsi une fin abrupte. Alors, au Grand Comptoir à l’aéroport JFK, nous trinquons à l’inspiration que nous avons acquise dans cette grande ville. Je rentre à la maison avec une foule d’idées et l’assurance que ce que le commerce de détail réalise ici dans notre petit pays est de qualité.

Partie 1: MVRO visite New York